Tag Archives: Vol

Survol de la Grande Cariçaie à Yverdon

La Grande Cariçaie est le plus grand marais bordant un lac en Suisse. Elle héberge environ un quart de la flore et de la faune du pays, selon le site grande-caricaie.ch. Malgré l’hiver, R-Pod est allé survolé cette zone afin de profiter du soleil couchant et ramener des images plutôt originales, tout en gardant une certaine distance avec cette zone naturelle.

L'observatoire

La plage de sable d'Yverdon...

 Pour les forestiers

Maison de l’Ecriture

Ce mercredi ensoleillé fut l’occasion pour Rémi, notre ancien membre de l’équipe R-Pod, de remettre la main à la pâte en allant voler sur la Maison de l’Ecriture à Montricher.

Panoramique Montricher

Les conditions étaient idéales avec le soleil du printemps et une légère brise. Ci-dessous, l’architecture originale de la Maison de l’Ecriture vue du ciel et du sol.

Maison Ecriture airMaison Ecriture sol

 

 

 

 

 

 

 

 

R-Pod c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ! Alors pour poursuivre dans notre élan, nous en avons profité pour survoler l’ensemble de village de Montricher.

Montricher village

Redécouvrir la place d’Armes d’Yverdon avec R-Pod

Dans le cadre du réaménagement de la place d’Armes, R-Pod contribue au projet en apportant une vision originale du site. La place a été survolée mardi, jour de marché, avec une cadence d’un vol par 30 minutes aux heures de pointe. Ces images seront présentées dès vendredi 26 avril dans le “Portacomm” de la commune sur la place. Le concept de sagacité (Paléo 2012) ayant fait ces preuves, les images sont à nouveau présentées via des beamers, à deux échelles différentes. Plus d’infos sur l’exposition sur le site de laregion.ch et sur la page officielle du projet Deppar.

Le "Portacomm" sera ouvert les 26 avril et 3 mai, de 16h à 19h, et les 27 avril et 4 mai, de 10h à 16h. Venez nombreux!

Jardin japonais - 9h

Une journée de vol:

Trajectoires des 16 vols dans GoogleEarth

Retour du printemps, vol en binôme

Pour souhaiter la bienvenue au printemps, R-Pod a effectué en vol en binôme (et sans les tuiles!). L’occasion de survoler, avec seulement quelques secondes d’écart, une surface en RGB et PIR!

e-mo-tion avec les deux "cockpits" à gauche

 L’occasion aussi de relancer le débat sur l’utilité des images PIR à cet époque de l’année. Voici quelques échantillons permetant de comparer l’image RGB à l’image PIR:

Trajectoires simultanées, vue dans Google Earth (vent de face non-négligeable…)

Quatre vols dans le canton de Vaud

Afin de profiter du beau temps, R-Pod a passé son vendredi après-midi dans les airs. L’aventure a commencé à Lausanne dans le cadre d’un mandat, puis s’est poursuivie à Yverdon afin d’immortaliser le nouveau centre sportif des Isles:

Centre sportif des Isles

L’occasion également de survoler le nouveau quartier d’habitation à proximité:

Quartier à proximité du centre sportif des Isles

Place Pestalozzi

Ensuite, R-Pod s’est dirigé vers le centre-ville d’Yverdon pour survoler la place Pestalozzi dans le cadre d’un travail d’étudiants de 2ème année géomatique. Quatre lignes de vol à 140 m s/sol permettront de calculer un modèle 3D vectoriel afin de modéliser, entre autres, le Temple d’Yverdon.

Ce fut également l’occasion de survoler la place d’Armes d’Yverdon, puisque R-Pod participera à la démarche participative de son réaménagement (voir article La Région de ce jour p.3). Vous trouverez ici quelques informations concernant le projet Deppar.

Jardin japonais - Place d'Armes

Pour terminer l’après-midi, R-Pod s’est dirigé en direction de Bonvillars. Ces données permettront d’alimenter le débat lors de l’AG de l’ASIT-VD 2013, où le thème de la journée sera l’accessibilité des données…

Bonvillars

Aventures en Côte d’Ivoire

Comme mentionné dans un précédent article, R-Pod s’est aventuré en Côte d’Ivoire du 21 au 31 octobre. Les trois objectifs principaux de la mission étaient les suivants :

  1. Evaluer la faisabilité de cartographier de la forêt dense sempervirente
  2. Déterminer les limites d’utilisation sur le terrain, les contraintes environnementales et techniques liées au climat
  3. Montrer les applications en milieux non-forestiers (savanes, cultures, plantations, villages)

Réflexion sur le Parc National de Tai :

Initialement, il était prévu de se rendre au Parc National (PN) de Tai pour des tests sur une forêt dense. Ce PN ne comporte actuellement que peu de zones couvertes par les images satellitaires, car des nuages y sont présents quasiment en permanence. La cartographie (pour les botanistes par exemple) est ainsi très limitée. Le chalenge résidait dans la capacité du système à assembler des images ne comportant que de la forêt, mais aussi de voler plusieurs jours dans des conditions d’autosuffisance. Ceci avec tous les problèmes pratiques que cela comporte.

Après réflexion avec les différents partenaires du projet in situ, il s’est avéré qu’il était risqué de se rendre à Tai, étant donné la distance à parcourir  et le peu de temps à disposition. Si la météo n’était pas clémente sur place, le risque de ne pas pouvoir effectuer tous les tests nécessaires était trop élevé. De plus, les partenaires étaient également intéressés de connaître la potentiel d’R-Pod dans d’autres milieux (savane, forêt marécageuse, zone urbaine…). Le PN du Banco, situé en plein cœur d’Abidjan a ainsi été choisi comme substitut à Tai. La végétation du Banco est également dense, et est située à moins de 30 minutes du CSRS (Centre Suisse de Recherches Scientifiques), le « QG » d’R-Pod pour cette mission.

Sites étudiés et chronologie des recherches:

Centre National de Floristique à Cocody

Lors d’un premier vol au Nord du Parc du Banco, l’évaluation de l’état d’avancement de l’occupation humaine dans une bande de terrain (env. 100m de large) a pu être visualisée. Cette zone, déboisée pour le passage de lignes haute tension, est occupée (illégalement?) principalement par des garagistes réparant les taxis d’Abidjan. Dans la foulée, et dans le but de réaliser un inventaire cartographique du jardin botanique, le Centre National de Floristique, à Cocody (Abidjan), était survolé en quelques minutes. La Parc National d’Azagny fut le premier test en forêt dense. Ce vol remis les pieds sur terre à toute l’équipe quant aux espoirs de cartographier de la forêt, puisque le décollage et l’atterrissage étaient de vrais slaloms pour l’aile. En effet, le décollage eu lieu depuis une petite clairière entre les arbres de 30m de haut… Pour couronner le tout, les images, pourtant acquises à moins de 300 m s/sol étaient à moitié couvertes de nuages !

Occupation humaine sous les lignes HT, au Nord-Est du Parc du Banco

La forêt de la Tanoé située vers Nouamou (Sud-Est du pays, à 50km du Ghana) a par la suite servit de zone test en ce qui concerne la forêt de type marécageuse. L’assemblage, en particulier pour les cultures de palmiers à huile n’a pas posé de problème particulier. La forêt non-plus, étant donné qu’elle n’était pas spécifiquement dense.

Cultures de palmiers à huile et forêt marécageuse à proximité de Nouamou (fausses couleurs)

Pour la zone de savane, la réserve de Lamto a été retenue. Lors de ce vol, R-Pod est revenu avec le moteur arraché et l’aile abimée. Après avoir réparé à Abidjan, une série de vols selon différents paramètres (hauteur, recouvrement latéral/longitudinal) au-dessus du Banco a été réalisée. Le but était dans un premier temps d’effectuer si possible un assemblage automatique via le logiciel Pix4D. Pour terminer en beauté le séjour, le village d’Adiopodoumé à proximité d’Abidjan était survolé afin de fournir des images de zones urbaines.

Échantillon de la Réserve de Lamto, avec le Centre Français de Recherches

Premiers résultats :

Pour les botanistes qui vont travailler par la suite sur les clichés, la qualité des images brutes en forêt dense est suffisamment détaillée pour identifier les objets à cartographier (types d’arbres, couronnes et ouvertures). L’interprétation automatisée serait même envisageable pour certaines espèces.

Assemblage images fausses couleurs, 75% recouvrement latéral, PN Banco

Bien entendu, vu le couvert végétal, il est impossible d’utiliser ni des points de contrôle, ni des points d’appui pour le bloc. La confiance en l’assemblage automatique, via la recherche automatisée de points d’intérêts sur les images, est ainsi contrainte à 100%. Le tout en augmentant significativement la hauteur de vol et le recouvrement latéral par rapport aux « standards » des zones non-forestières (80% longitudinal et 50% latéral). Au final, il a été constaté que l’assemblage pouvait fonctionner avec par exemple 90% de longitudinal et 80% de latéral à 270 m s/sol (taille de pixel au sol de 10cm). Latéralement, il est possible de diminuer le pourcentage à 75%, pour autant d’augmenter significativement la hauteur (400m s/sol).

Concernant les limites du système en forêt, la surface couverte est trop réduite dans la plupart des cas. En effet, il est souvent difficile d’accéder à une zone de forêt et le rayon d’action utilisé (1-2 km) est souvent insuffisant. Ensuite, malgré que l’assemblage automatique soit envisageable dans certains cas, le calcul du MNS est difficile. Ainsi, les images subissent des déformations inadéquates et l’orthomosaïque (théoriquement une « true orthophoto ») en subit directement les conséquences. Le décollage et l’atterrissage est évidement déconseillé depuis le cœur de la forêt, même si ce fût une expérience fructueuse à Asagny. Un autre constat est que la couverture nuageuse est souvent présente déjà à 200-250 m s/sol. La période de l’année n’était pas non-plus optimale concernant les nuages.

Les rapaces sont particulièrement agressifs dans ce pays, et le problème survenu dans la savane n’est pas un cas isolé. R-Pod a parfois donc été rapatrié promptement car des milans allaient directement au contact de l’aile. Par contre, de manière générale, la technologie était toujours robuste. Même avec le moteur arraché et un morceau d’aile découpé, l’aile a pu revenir sur son point de décollage et atterrir. Après avoir réparé avec les moyens du bord, plus de 10 vols dans des conditions difficiles (vent) ont été effectués sans aucun problème.

Concernant l’application dans les milieux non-forestiers, le système était comme prévu excellent. Aucun problème n’a été constaté par rapport à notre expérience en Suisse, hormis le vent quasi permanent et les arbres d’une autre dimension! R-Pod a pu démontrer l’utilité et l’efficacité du concept dans toutes les situations.

Un grand merci à toutes les personnes ayant initiées et collaborées avant et pendant la mission hors du commun, tout particulièrement: Cyrille Chatelain (Jardin botanique Ville de Genève), Adama Bakayoko, Jean Kouamé Kan (Universités Adjamé, Cocody) et tous ceux qui ont accompagnés R-Pod durant 10 jours…

Note : Financement Projet CSRS-PNUD2/ Projet de Renforcement du partenariat Scientifique Ivoiro-Suisse

Le Solar Tour baigné de soleil

Le coup d’envoi du Solar Tour a été donné et, événement du jour, le soleil était bien présent. Accueilli par le Festival de la Terre, la première étape a lieu tout ce week-end sur l’esplanade de Montbenon.

R-Pod était évidemment de la partie, alimenté par des batteries chargées à l’électricité « verte » de Lausanne, silencieux et… pas très discret aujourd’hui, car il a décollé de l’esplanade même. Ci-dessous le résultat: on voit parfaitement les transats pour écouter les concerts, le four à raclette solaire et les nombreux panneaux solaires pour alimenter la sono et les frigos !

Pour l’anecdote, R-Pod a souffert… du soleil car, après être resté en exposition plusieurs dizaines de minutes au sol, le vol a dû être écourté pour cause de surchauffe. Mais heureusement, même en vol plané, l’aile a atterri sans dommage au milieu des nombreux curieux.

Vue d'ensemble de l'esplanade de Montbenon

Et le détail des transats, four à raclette et panneaux solaires

 

Record de complexité

Affiche avec le parrain de la manifestation, Pierre Fehlmann

Ce samedi 28 avril, R-Pod a apporté sa contribution à une manifestation et à une réalisation originale: un grand rassemblement de bateaux, sur le lac de Neuchâtel, à l’occasion du baptême du catamaran de la Fondation Just for Smiles. A cette occasion, un smiley formé de bateaux a été créé au large du port d’Estavayer-le-Lac. Une photo aérienne de cette réalisation a été prise afin d’immortaliser ce moment exceptionnel et inoubliable. Et devinez qui était en charge de la photo: R-Pod, évidemment! La météo était enfin agréable et la fête a été belle.

Le but de ce vol n’est pas juste de faire de belles photos, mais bien de documenter de façon fiable le rassemblement et ensuite de mettre à disposition ces images au plus grand nombre grâce au serveur WMS ogc.heig-vd.ch

La plus grande difficulté était de saisir une figure de près de 1 km2, en une seule prise, sans savoir où se trouve précisément le sujet. De plus, la réflexion directe du soleil sur le lac compliquait les choses.

L’image officielle superposable dans Google Earth: 5562.kml  logo KML

Des infos supplémentaires sur http://www.facebook.com/RPod.ch

Démonstration pour l’ASIT-VD à l’UICN

Jeudi 26 avril 2012 a eu lieu l’assemblée générale de l’ASIT-VD. Elle s’est tenue dans les bâtiments de l’UICN à Gland.

En plus de la partie statutaire (le matin), l’Association a proposé de 13h30 à 17h00 à une série de conférences sur le thème SIG mobile et embarqué et de rencontrer sur leur stand plusieurs professionnels de la géomatique, géoinformatique et des métiers de l’aménagement du territoire. Une large part a été consacrée à R-Pod, avec une présentation de François Gervaix intitulée Vers une photogrammétrie “jetable”?, illustrée d’un vol de démonstration dans les jardins du Centre.

Résultat de la reconnaissance du 17 avril

Afin d’acheter le climat, une reconnaissance a été réalisée mardi 17.04 et les environs du Centre ont été survolés. Le résultat est d’ores et déjà disponible en WMS et sur map.geo.admin.ch. Pour rappel, l’ASIT-VD supporte le service WMS de la HEIG-VD, détails à cette adresse.

Pour ceux qui veulent faire la manipulation d’afficher les données WMS dans le géoportail fédéral, voici les instructions:

  1. Dans votre navigateur préféré, chargez http://map.geo.admin.ch
  2. En haut à droite, dans le menu Fonctions complémentaires (entre Lien et l’imprimante), sélectionner WMS import
  3. Dans la liste des serveurs, choisir le deuxième, http://ogc.heig-vd.ch/mapserver/wms?
  4. Connecter et choisir l’avant-dernière couche mise à disposition, Orthophoto Gland UICN

De retour dans l’interface principale, une couche supplémentaire est disponible. En zoomant dans la région de Gland, vous voyez apparaitre l’orthomosaïque des environs de l’UICN, en date du 17.04.12

Les résultats du vol du 26.04.12 seront/sont disponible sur le site de l’ASIT-VD.

Envol au Valais

Afin de faire découvrir le Valais à R-Pod, nous avons profité d’une escapade à Sion pour survoler Valère, Tourbillon ainsi que le Golf.

Château de Valère

Sion, Rue du Grand-Pont

Dans le cadre d’un mandat Ra&D de mesures de précision dans les environs, nous avons décidé de prendre R-Pod III avec nous, histoire mettre à profit le temps durant les mesures de séries! La flexibilité du système nous a permis de prendre l’aile en plus d’un tachéomètre (avec accessoires) et d’un scanner 3D, le tout dans une voiture!

Le temps était idéal, grand soleil, presque pas de vent, mais le froid était malgré tout présent (en dessous de 0°C à l’ombre en pleine journée). R-Pod III l’a d’ailleurs bien ressenti à 330m d’altitude. Les batteries ont baissé un peu plus rapidement que d’habitude, mais malgré tout pas de problème quand au retour de l’aile pour l’atterrissage. Lire la suite »